KATHARSIS

DE KATYA AHO


PRODUCTION LES OSSELETS

Mise en scène

Sylviane Tille


Jeu

Irma Riser-Zogaï


Scénographie

Julie Delwarde


Lumière

Davide Cornil


Photos

Isabelle Meister


Administration

Marie-Claude Jenny


Création

Théâtre du Grütli


Dates

novembre 2003


«J’ai six ans.

A Genève, j’habite derrière la gare Cornavin, au 20, rue Baulacre.

Je suis enfermée à clé dans la petite chambre au troisième.

Le sommeil est long à venir.

C’est facile d’être enfermée quand il pleut, les autres enfants ne sortent pas et je ne les entends pas jouer à l’extérieur.

Les nuits d’été durent des siècles.

Le temps est trop long.

Ma chambre toute noire.

Interdiction de lumière dès sept heure le soir. Interdiction stricte d’aller faire pipi en dehors des heures de permission! Porte fermée. Inutile de pleurer, dangereux d’appeler. Permission de faire pipi à midi pile, pas avant, pas après, puis à sept heure du soir et à sept heure du matin, pas plus tôt pas plus tard...

Qu’est-ce que j’ai encore fait? Qu’est ce que j’ai fait?

Un pipi brûle et coule.

Je serre fort les cuisses.

Ne rien dire.

Ne rien laisser voir.

Je n’ai pu me retenir.

Je garde la même culotte une semaine. Le dimanche pour aller au culte, pour Jésus, j’ai une culotte propre. Je vais à l’école du dimanche et je garde les sous qu’il faut donner à Jésus pour moi. Jésus ne mérite pas les bonbons qu’on peut acheter avec les sous de l’église, il n’a qu’à venir me sauver, ouvrir la porte et jeter me belle-mère dehors. Me rendre mon papa.»

Kathia Aho, Katharsis